Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ANDRE BOULER (1924-1997) ET BREST

Publié le par Sean O'Reil

"Eglise ronde" du Landais, côté rue Galliéni.
"Eglise ronde" du Landais, côté rue Galliéni.

VITRAUX DE « L’EGLISE RONDE » DU LANDAIS A BREST

Je vous propose aujourd'hui le fruit d’une balade de 2014 à Quimperlé au cours de laquelle j'ai découvert la rétrospective « André Bouler » - André Bouler, connaissait pas ! et c’est un pur hasard qui m’a conduit à franchir le pas de la magnifique Maison des Archers, rue Dom Morice à Quimperlé où l’exposition était visible.

Au détour de la visite j’ai appris – et c’est le but de cette brève – qu’André Bouler était un artiste reconnu aux multiples talents, mais qu’il était aussi prêtre jésuite et l’auteur des vitraux de l’église Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus du Landais à Brest.

Quelques dates sur André Bouler :

(Quimperlé, 1924-Paris, 1997). Début de sa formation spirituelle et intellectuelle pour devenir prêtre et jésuite en 1943. En parallèle et avec l’autorisation de sa hiérarchie il entreprend des études artistiques. De 1949 à 1952 il travaille dans l’atelier de Fernand Léger (1881-1955), le « tubiste », lequel marquera son œuvre. En 1955 il est ordonné prêtre. Se poursuit une belle carrière artistique…

Quelques notes sur notre église brestoise du Landais :

La nouvelle paroisse du Landais, détachée de Kerbonne, a été fondée en 1956 par le père Marcel Le Vey (ordonnance épiscopale du 27/08/1956). Le début des travaux de l’église Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus date d’octobre 1957 alors que Mgr Fauvel était évêque de Quimper et de Léon (1947-1968) ; ce dernier fit appel pour sa construction aux architectes Jean Marzin et Louis Freyssinet et pour sa décoration à André Bouler. L’église de type circulaire rentrée dans le langage courant yannick (*) comme « l'église ronde » fut achevée en 1959 et consacrée le 10 octobre 1959. Les architectes et André Bouler s’inspirèrent de la construction de l’église du Sacré-Cœur d’Audincourt dans le Doubs (« Monument Historique » en 1996) dont les 17 vitraux étaient l'oeuvre de Fernand Léger, le maître de Bouler. L’église du Landais reçut un long vitrail circulaire de 169 m2, partagé en 360 panneaux de vitrail produits par les ateliers de Miraille et Jacques Juteau à Ermont (Oise).

Cet ensemble unique en France mériterait un classement des monuments historiques, tout autant que l’inaccessible Villa Mathon (classée MH en 1995) l’un de quatre "monuments historiques » brestois (bâtiment aux Lions, château, hôpital Morvan). Je ne propose pas sa visite dans le cadre de mes « balades » car elle est pratiquement toujours fermée et ne se visite qu’avant ou après les cultes. Cette étroite fenêtre d’ouverture la protège, en théorie, des « malfaisants » qui ont été nombreux par le passé à s'en prendre à ses abords. A défaut de pouvoir les voir, le promeneur admirera d’autres vitraux d’André Bouler à Saint Laurent de Lambézellec et à Saint Sauveur de Recouvrance.

Pour en savoir plus : J.-F. Raoul. Les vitraux de l'église de Lambézellec, dans Mémoire de Lambézellec, n° 47, 2007, p. 10-13.

(*) habitant de Recouvrance. Pour le Yannick des années cinquante, Le Landais à l'instar de "Brest Même" le pagus zef, c'est déjà l'étranger...

Mise à jour : 6 octobre 2015
L'église du Landais en 1959 (détail d'une carte postale, coll. SO'R).

L'église du Landais en 1959 (détail d'une carte postale, coll. SO'R).

André BOULER dans son atelier (DR)

André BOULER dans son atelier (DR)

Commenter cet article

Urgo 19/05/2016 02:02

Du temps des baraques du Landais, il me semble que le lieu de culte était dans un baraquement converti en chapelle.