Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE TELEPHERIQUE BRESTOIS : le « TOUBOULIC EXPRESS »…

Publié le par Sean O'Reil

LE TELEPHERIQUE BRESTOIS : le « TOUBOULIC EXPRESS »…

Touboulic l’a rêvé, F. Cuillandre, maire de Brest le fait. Du « Vélociposte » brestois (1838) au téléphérique urbain (2016)…

Louis Ogès lors de la séance du 31 mars 1949 de la société archéologique du Finistère attirait l’attention de la docte assemblée sur un inconnu, un sieur « Touboullic », brestois, inventeur génial qui envisagea au XIXe siècle l’installation à Brest d’un téléphérique et l’ouverture d’un tunnel pour le passage de la Penfeld… En 1955, Charles-Yves Peslin, se faisait l’écho de ce « questionnement » -probablement "téléphoné"- dans les « Questions-Réponses » des Cahiers de l’Iroise de 1955. Moins d'un trimestre plus tard, son ami Georges-Michel Thomas lui répondait dans les « Cahiers » (n°4-1955, p. 28-30) et présentait aux brestois, le fameux « Touboulic ».

Je ne vais pas m’étendre sur l’œuvre de ce « géo trouvetou », inventeur et dramaturge, chef d’atelier des boussoles à l’arsenal et pédagogue… qui a trouvé son biographe contemporain en la personne de M. Bernard Le Mell, lequel a présenté en 2012-2013 un travail universitaire sur « Pierre-Marie Touboulic (1783-1859) et le port de Brest ». Ce travail d’études et de recherches a débouché sur un blog documenté auquel je renvoie le lecteur. D’autant que pour moi, seul le téléférique, appelé en 1838 « vélociposte », puis « véloposte » intéresse mon propos ; ma petite pierre versée au débat politique « bresto-brestois » - rive droite/rive gauche.

Le système de transport présenté en 1838 par Touboulic fonctionnait à l’aide de balanciers « se mouvant par l’action du déplacement et du poids de la nacelle de transport ». Cette nacelle pouvait recevoir quatre voyageurs qui se déplaçaient sur « un câble de fils de fer entre les différents balanciers ». Ce système était constitué à base de plate-formes, « toutes basées sur le principe de balanciers, qui permettaient de changer le degré l'inclinaison de la corde au passage de la nacelle de transport ». Ainsi Touboulic avant le « chemin de fer » envisageait un Brest-Paris en dix heures…

Un premier essai officiel et public intervint du 3 au 12 octobre 1838 dans le bois de Bordenave à Brest (rive droite, dominant les cales du même nom, sous les Capucins). Il semble, d’après M. Le Mell, que l'expérience ait été poursuivie en 1839 pendant au moins trois mois sur les remparts du fort Bouguen avec la participation de 800 personnes qui purent « utiliser » ce moyen ?. La presse de l’époque (Armoricain) se fit l’écho d’utilisations possibles : transport de bagnards, de malades, etc. On allait pouvoir régler le problème de la liaison entre Brest et Recouvrance… et supprimer les bacs de passage… Doux rêves ! Le chemin de fer terrassa son invention même si l’on attendit 1865 pour le voir arriver à Brest. Cerise sur le gâteau, dès 1861 le pont de Recouvrance avait été inauguré. Exit Touboulic et son Vélociposte!

Aujourd’hui, nous nous préparons à accueillir le « premier téléphérique urbain » de France…

Gageons que la mairie de Brest ne soit pas touchée par le « syndrome Touboulic » et qu’elle dispose encore de quelques belles années pour faire vivre son téléphérique urbain - avant la généralisation de la « téléportation quantique » entre la rive droite et la rive gauche…

En guise de conclusion, je propose que l’on baptise notre nouveau téléphérique… « Le Touboulic express ». Chiche !

Pour en savoir plus :

Service historique de la Défense, Marine, Brest, Fonds Levot, Ms. 163/61-64.

Bernard Le Mell, Pierre-Marie Touboulic (1783-1859) et le port de Brest, travail d’études et de recherches, UBO Brest, 2012-2013. Et son blog : http://p.m.touboulic.over-blog.com/

Georges-Michel Thomas, Pierre-Marie Touboulic (1783-1859), inventeur et dramaturge…, dans les Cahiers de l’Iroise, n°4, 1955, p. 28-30.

Commenter cet article

Urgo 18/05/2016 20:46

Georges-Michel Thomas fut à une époque, mon prof de français, lorsque j'étais au cours complémentaire des 4 Moulins. Ou plutôt, dans des baraques du Polygone, jouxtant le stand de tir de la Marine.