Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TOUR TANGUY A RECOUVRANCE

Publié le par Sean O'Reil

Brest-Recouvrance - La tour de la Motte Tanguy.
Brest-Recouvrance - La tour de la Motte Tanguy.

Brest-Recouvrance : De la Tour Tanguy au Jardin des Explorateurs.

Mes balades de Printemps reprennent le jeudi 28 avril 2016 – rendez-vous à 14 heures à la Tour Tanguy.

J’ai choisi de débuter mon circuit de balades dans Recouvrance à la Tour Tanguy, "vigie" tutélaire de la rive droite. Je me propose de faire découvrir, pas à pas, le quartier et ses « lieux de mémoire » de la même manière que ce que j’aie déjà pu présenter pour les bords de Penfeld. Je pratique ce circuit depuis quelques années et vous pouvez vous joindre à moi pour le découvrir. Ces balades sont annoncées sur ce blog. N’hésitez pas à me rejoindre.

TOUR TANGUY A RECOUVRANCE

Il n’est pas dans mes intentions de compiler ce qui a été écrit sur le sujet ; d’autant que certains monuments – comme celui de la Tour Tanguy - font déjà l’objet de longs développements ; aussi je me contenterai de vous proposer des liens internet et une orientation bibliographique pour ceux qui voudront en savoir plus – et je sais, par expérience, qu’ils sont nombreux à Brest…

La Tour Tanguy, avec belvédère extérieur – appelée aussi : bastille de Quilbignon ou « tour de la Motte-Tanguy » est un vestige retravaillé d’un ensemble défensif plus important datant de la seconde moitié du XIVe siècle. Tour à tour bastille de protection du passage de la Penfeld (jusqu’en 1397), siège de justice seigneuriale (jusqu’en 1580), propriété de la Couronne (1786), vendu comme bien national sous la Révolution ; elle devînt maison d’habitation (Cabon, Barillé, Thielmans) et fut détruite en 1944. La Tour fut achetée par la ville de Brest (15 juillet 1954), devenue acquisition définitive (1959), restaurée (1959) et transformée en "musée du vieux Brest" (25 juillet 1962, modifié juillet 1964). Sa structure a été largement modifiée : surélévation, poivrière et remplacement d'une corniche par des créneaux (architecte Mocaër, 1971-1976), ajout ultérieur d'une toiture, etc. La muséographie à base de dioramas (1960-1968) fut confiée à Eugène Sévellec, dit Jim Sévellec (1897-1971), peintre de la Marine (1936).

La Tour Tanguy, avant 1914, résidence du docteur Thielmans.

La Tour Tanguy, avant 1914, résidence du docteur Thielmans.

Vous conserverez de la visite des deux étages du Musée, en dépit d’une muséographie surannée, un excellent « instantané » de l’Histoire du Vieux Brest. Prévoir : une heure de visite environ.

En sortant de la tour, prenez l’escalier qui vous mènera en direction de la Porte Jean-Bart, l’une des portes principales d’accès de l’Arsenal.

Quai de la Fosse [1670], auj. Quai Jean-Bart, dénommé ainsi depuis 1811. Approprié par la Marine (1870-1871).
TOUR TANGUY A RECOUVRANCE

A la base du tertre rocheux de la tour, rue de la Tour, vous noterez la présence d’un monument de style classique surmonté d’une urne : une fontaine aujourd’hui désaffectée, conservée par la ville comme « borne de mémoire » du Vieux-Brest.

La Fontaine aux Trois Noms – Beau monument de granit qui a reçu jusqu’à trois appellations : seconde fontaine du Quay ; Fontaine Sainte-Catherine ; Fontaine Notre-Dame. Elle fut construite, en 1768, selon les plans de l’architecte Le May et permettait d’amener l’eau de la source de Trémillau (extra-muros) en passant sous le rempart de la ville au niveau de la Porte du Conquet. Cette fontaine succéda à une première fontaine (1692-1764), construite sur le quai de la Fosse, près de la chapelle Notre-Dame-de-Recouvrance, à l’origine vouée à Sainte Catherine d’Alexandrie, d’où ses trois noms.

TOUR TANGUY A RECOUVRANCE

Comme sa devancière elle avait été construite sur le quai, adossée à un bâtiment (corps de garde) faisant angle avec la rue de la Fontaine et la rue du Beurre. En 1865, la Marine s’appropria les bords de Penfeld, repoussant les civils (habitants et activités) – en accord avec la mairie – hors des limites de l’Arsenal. Le quai qui servait depuis des temps immémoriaux de port marchand fut militarisé et les maisons détruites. La fontaine fut déplacée en 1873 d’une trentaine de mètres, hors des limites de l’arsenal ; à l’endroit où elle se trouve aujourd’hui.

Sur le quai, au niveau du Parc aux vivres de la marine, le plan dressé par l'ingénieur Desandrouins (1790) signalait, en face de la boulangerie dite "rétablie" qui succédait à une plus ancienne incendiée en 1763, une autre fontaine dite "fontaine de la vieille boulangerie" [1672?].

Sources sur Recouvrance :

Les Amis de Recouvrance et CRBC. Recouvrance, Le Plessis-Robinson : Les Amis de Recouvrance, 1988, 200 p.

Les Amis de Recouvrance, Recouvrance, Sauts de mémoire, Chroniques du temps, Spézet : Keltia Graphic, 2011, 256 p.

Commenter cet article