Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BREST – SOURCE DE POULLIC-AL-LEAS

Publié le par OLIER LE BRIS

 

 

 

LA PLUME ROUGE vous propose :

LA SOURCE DE POULLIC-AL-LEAS

CIRCUIT DE L'INTRA-MUROS BRESTOIS ET DES FORTIFICATIONS

Lors des journées du patrimoine « 2017 », dans le cadre de la balade urbaine que j’ai conduite le dimanche 17 décembre 2017, il m’a été donné de faire découvrir à un groupe d’amis facebookers et d’abonnés du blog, la source de Poullic-al-Leas située au-dessus du 45 de la rue Portzmoguer à Brest, derrière l’arrêt de bus « Boulogne ». Cette propriété de la ville de Brest qui date du XVIIIe siècle est aujourd'hui difficilement accessible, squattée et partiellement ruinée.

Poullic-al-Leas (Poullic-al-laezh, petite mare au lait), du nom d'une ferme éponyme, a été signalée dès la fin du XVIIe siècle, lors de l'enquête du fontainier Le Jongleur (1690) : "Au dessus-du Moulin-à-Poudre, du costé de la ville, une fort belle fontaine nommée La Fontaine au lait (Poullic al Leas), pouvant aller à la corderie [basse de la marine, alors en construction, 1686-1693]" (cité, par P. Levot, II, 35).

Au siècle suivant elle fut utilisée pour les besoins de la brasserie du port située en bord d'étang, dont j'ai présenté l'historique dans un précédent billet. Son descriptif relevé sur un procès-verbal daté du 25 mars 1768 mentionnait au lieu de Poullic-al-Leas : "[...] un pré, une source et des lavoirs". La Marine acheta les lieux en 1775 à Marie Renée Siviniant (contrat d'acquisition par le Roi, 600 liv., en date du 20 décembre 1775). A cette date, seul un lavoir est mentionné. Après cette acquisition, la Marine assura quelques travaux de canalisation mais n'effectua aucun bornage (borne à fleur de lys) ou clôture. Les fermiers de Poullic-al-Leas, héritiers de Marie Renée Siviniant continuèrent de louer et d'exploiter le "lavoir" de la Marine. Un sieur Duchateau devînt en 1845 le nouvel acquéreur de ces biens (contrat de vente du 16 août 1845), au milieu desquels était enclavée la source de la marine. Il souhaitait exploiter comme "carrière de moëllons, la montagne servant de séchoir au pied de laquelle se trouvait la source". Duchateau exécuta son projet ; exploita la carrière et détourna les eaux. Il s'ensuivit un long contentieux avec la Marine. Ce litige fut conclu - comme très souvent à Brest - par la vente à la Marine du terrain de la Montagne (Lemonnier, notaire, 19 octobre 1849). Ces biens furent ensuite affermés par les services du Domaine de l'Etat à un particulier (19 décembre 1853), tandis que les eaux de la source poursuivaient leur course à travers les glacis des fortifications vers la citerne de la Tour noire (au pied de l'éperon de l'Hôpital). Cette situation se poursuivit jusque dans les années 1897-1902, époque à laquelle s'opérèrent des échanges de terrains entre la Marine et la ville de Brest dans le quartier du Moulin-à-Poudre. En dépit des destructions de la Seconde guerre mondiale et des remaniements cadastraux, la source paraît être toujours en activité.

Ce petit nid de verdure est aujourd'hui dans un état pitoyable. A découvrir rapidement avant qu’il ne disparaisse !

Sources : Service historique de la Défense, Marine, Brest ; archives municipales de Brest ; archives départementales du Finistère.

Mise à jour : janvier 2020.

Photographie : Cabane de prise d'eau, XIXe siècle - (c) Marc Bihan-Poudec.

Photographie : Cabane de prise d'eau, XIXe siècle - (c) Marc Bihan-Poudec.

Poullic-al-Leas, site difficile d'accès et fréquention des lieux par des squatters...

Poullic-al-Leas, site difficile d'accès et fréquention des lieux par des squatters...

Commenter cet article