Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA LIGNE BLEUE EST DE RETOUR

Publié le par François OLIER

"- C'est un bleu azur ? Un bleu turquoise ? Un bleu canard ou libellule ?

- Que nenni, c'est le bleu Magadur, Madame Kerdoncuff.

- Ques a quo le bleu Magadur, M'dam Kervella ?

- Ben Dam c'est le bleu brestois...

- et c'est quoi le bleu brestois ?

- Ben dame c'est le bleu Magadur !"

Cet échange, je l'ai vécu à Recouvrance - à quelques mots près, je vous l'accorde - à mon retour à Brest, lorsque j'ai coiffé la casquette de greeter - lire "guide" bénévole - pour l'Office du Tourisme. A une époque où j'arpentais la ville en compagnie de brestois sympathiques et curieux et "d'estrangers" de passage. Nous suivions alors, à quelques-uns, bannière au vent, la ligne bleue. Séquence nostalgie !

Une ligne peinte au sol, en juin 2000... une ligne de couleur bleue... qui permettait aux Brestois de suivre pas à pas le tracé des remparts arasés après la Guerre ; aux loupiots de Saint-Sauveur de retrouver la maison après l'école ; aux évadés de Louise Le Roux de rentrer cahin-caha pour le goûter.... Un projet dont la plasticienne Gwenaëlle Magadur était à l'origine et qui défraya les médias de l'époque... Y compris LA NATIONALE - mais oui, mais oui - A Brest on a des idées et pas besoin de Fêtes de la Mer à xx M€ ou de Téléférique pour faire le buzz. A Brest, en 2000, un pot de peinture - version XXXL - et de l'huile de coude suffisaient... Où va donc se nicher le Génie brestois !

J'avoue avoir adhéré immédiatement au concept. Probablement parce que je suis un rêveur patenté qui n'a besoin que d'un simple visuel pour démarrer sa balade intérieure... Mais là, je disposais d'un rappel permanent pour me repérer dans les gravures d'Ozanne ou dans les tableaux des Van Blarenberghe... Le pied !

Enfin bref, à défaut de nouvelle peinture bleue sur le trottoir, estampillée "Brest, Ville d'art et d'Histoire", nous disposons dorénavant du "livre-souvenir" de Gwenaëlle Magadur et de son complice Jean-Manuel Warnet, un "rêveur urbain", comme mentionné sur la 4e de couv. Tiens donc ! Il en reste en 2020 de ces "flâneurs de rues", que je pensais chassés des artères brestoises par les chenilles processionnaires des "Rendez-vous guidés..." C'est plutôt rassurant. Notre "déambulateur poétique" a su - à quatre mains - remonter la ligne bleue et illustrer ce Brest doublement palimpsesté...

Quant au titre

"La ligne bleue. Brest palimpsestes"

- Ques a quo ? s'écrieraient d'une même voix, Mesdames Kerdoncuff et Kervella, chères à P.P. le Brestois.

Là encore, pas de panique. Bien que je reconnaisse qu'en 2020, faire ressortir le Petit Larousse aux lecteurs potentiels, cela reste gonflé et aventureux en matière d'édition ; n'en déplaise à nos doctes universitaires néo-Capucins. Mais n'oubliez pas que La ligne bleue se mérite. Que le livre est "Oeuvre" d'artiste et de poète n'en déplaise aux cartésiens et autres pisse-vinaigre.

Ami brestois,  à défaut d'arpenter le macadam géométriquement palimpsesté - je te promets c'est la dernière fois -, tu peux, dorénavant , confortablement installé dans ton fauteuil, chaussé de tes charentaises, déguster ce petit livre qui te fera de nouveau rêver - échappatoire au gris brestois - et retrouver ce bleu brestois, ce bleu Magadur qui nous manque tant.

 

"La ligne bleue. Brest palimpsestes" aux éditions Dynamo

 

 

 

Commenter cet article